Depuis son élection à la présidence de l’Ouzbékistan fin 2016, Shavkat Mirziyoyev est devenu une personnalité publique de premier plan sur la scène politique internationale, un sujet de discussion pour les économistes et les politologues, ainsi que le héros de nombreux reportages dans les médias du monde entier.

Depuis plusieurs années, les médias couvrent en détail la transformation rapide de l’Ouzbékistan. La « Stratégie 2030 » présentée par Shavkat Mirziyoyev est devenue un véritable succès médiatique. Les journalistes écrivent et tournent régulièrement des vidéos sur les changements économiques en Ouzbékistan, sur la création de nouvelles entreprises communes avec des partenaires occidentaux, sur le développement spectaculaire de l’agriculture. Les médias et les analystes suivent également de près les voyages internationaux de Shavkat Mirziyoyev et ses rencontres avec les dirigeants d’autres pays.

Il semble que nous sachions à peu près tout de ce que fait Shavkat Mirziyoyev en tant que président, réélu pour un nouveau mandat en juillet 2023. On sait également beaucoup de choses sur ses activités antérieures en tant que premier ministre. Cependant, il reste des points sur lesquels les médias n’ont accordé que très peu d’attention et qui restent donc inconnus du grand public.

Shavkat Mirziyoyev – artisan de la paix

L’Ouzbékistan est situé sur l’historique route de la soie et borde quatre pays : le Kirghizstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Afghanistan, un pays qui a récemment connu de fortes turbulences politiques.

Dans ce contexte, le président ouzbek Mirziyoyev joue un rôle clé en tant qu’artisan de la paix. Le communiqué conjoint de 2022 de Shavkat Mirziyoyev et du président du Conseil européen Charles Michel souligne la nécessité d’éviter une situation dans laquelle « l’Afghanistan devienne une source de menace permanente pour la sécurité régionale et internationale »

Dans une déclaration commune, MM. Mirziyoyev et Michel ont exprimé leur inquiétude quant aux risques de crise humanitaire dans le pays, et la partie ouzbèke a présenté une initiative visant à créer un groupe international pour les contacts avec le gouvernement afghan.

Shavkat Mirziyoyev – scientifique

Ce n’est pas un secret que Shavkat Mirziyoyev est diplômé de l’Institut d’irrigation et de remise en valeur des terres de Tachkent comme ingénieur mécanicien et a reçu un diplôme de candidat ès sciences techniques en 1988. De 1981 à 1992, Shavkat Mirziyoyev a travaillé à l’Institut d’irrigation et de remise en valeur des terres de Tachkent.

Mais peu de gens savent que la thèse du futur président Mirziyoyev était consacrée à ce sujet, dont l’intitulé est le suivant : « Stabilisation de la position des dispositifs de récolte lors du déplacement de la récolteuse de coton dans le sillon d’irrigation ». 

Aujourd’hui, cette thèse est conservée à la bibliothèque d’État russe et est régulièrement présentée en tant que pièce de musée lors de diverses expositions. 

C’est cette compréhension profonde des problèmes d’irrigation et de mise en valeur des terres qui a constitué la base de la « Stratégie 2030 » dans le cadre de laquelle l’Ouzbékistan se développe sous la direction du président Mirziyoyev.

Shavkat Mirziyoyev – cuisinier

Shavkat Mirziyoyev possède son propre compte Instagram qui compte près de 5 millions de followers et qui est géré par son service de presse. Les publications concernent généralement des événements officiels et des réunions auxquelles le président de l’Ouzbékistan a participé.

Mais il existe aussi une partie de la vie de Shavkat Mirziyoyev, moins officielle et moins formelle, dont on ne sait pas grand-chose. Cependant, grâce aux comptes de médias sociaux de ses filles, quelque chose a fuité sur l’internet. Sa fille Saida a posté une photo de son père montrant le président Mirziyoyev en train de cuisiner du pilaf